Accueil  |  Le CRECN  |  Offre d'emploi  |  Le territoire  |  Projet en cours  |  Par notre propre énergie  |  Thématiques  |  Publications  |  Devenez membre
Quoi de neuf?

"Aires marines protégées" : un réseau québécois attendu

(2017-10-03)

Sept-Îles, le 3 octobre 2017 – Le Conseil Régional de l’Environnement de la Côte-Nord se réjouit de l'entente de collaboration entre Québec et Ottawa en vue de la création d’un réseau québécois d’aires marines protégées. Par cette annonce, le CRECN entrevoit la volonté des gouvernements provincial et fédéral de concrétiser certains projets de protection marine dans la portion québécoise du fleuve Saint-Laurent.


Les « douze travaux » de la Table régionale sur les aires protégées

De 2012 à 2015, Le CRECN a participé activement aux travaux de la Table régionale sur les aires protégées, lesquels visaient le dépôt d’un scénario régional pour l’atteinte des cibles gouvernementales, soit l’atteinte de 12 % de protection du territoire québécois pour 2015 et de 10 % des milieux marins d’ici 2020.

Il va sans dire qu’avec seulement 1,35% de la portion québécoise de l’estuaire et du golfe bénéficiant d’un statut de protection, nous sommes encore loin de l’atteinte de ces objectifs. Le CRECN espère que l’entente de collaboration fédérale-provinciale annoncée donnera rapidement des résultats. C’est d’autant plus important que le gouvernement mise sur des stratégies ambitieuses (Stratégie maritime, Plan nord) dont l’atteinte des objectifs passe obligatoirement par une meilleure protection des écosystèmes marins.

Le transport maritime est un choix stratégique, notamment en raison de ses plus faibles émissions de gaz à effet de serre. Toutefois, la protection de la richesse des écosystèmes du territoire marin doit faire partie de l’équation. Les récentes crises liées à la biodiversité marine – on n’a qu’à penser au cas du béluga et de la baleine noire – démontrent à quel point l’équilibre est précaire dans un écosystème aussi complexe.
Afin de s’inscrire dans une perspective de développement durable, la mise en œuvre de ces stratégies se doit donc d’être encadrée par une planification en amont et une gestion intégrée, incluant des mesures de conservation concrètes, telle la mise en place d’aires marines protégées.


À propos du CRECN

Le CRECN est un organisme à but non lucratif présent dans la région depuis maintenant 25 ans. Issu du milieu et autonome, il a le mandat de promouvoir la protection de l’environnement dans une perspective de développement durable et de défense de l’intérêt public. Le CRECN compte parmi ses réalisations de nombreux projets associés aux changements climatiques, à l’énergie, à la gestion des matières résiduelles, à la conservation des milieux naturels et à la gestion durable des ressources naturelles. Par son action, il favorise la prise en compte des préoccupations environnementales dans le développement régional. L’organisme est membre du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec, ce qui lui confère une vision d’ensemble des enjeux de la province et lui permet d’inscrire son action régionale dans une perspective nationale.