Accueil  |  Le CRECN  |  Le territoire  |  Projets  |  Thématiques  |  Publications  |  Devenez membre
Quoi de neuf?

Exploration et exploitation de l’uranium : un moratoire permanent est recommandé par le CRECN

(2014-11-26)


Sept-Îles, le 26 novembre 2014 - C’est dans le cadre des audiences du BAPE portant sur les enjeux de la filière uranifère tenue le 25 novembre dernier à Sept-Îles que le Conseil régional de l’environnement de la Côte-Nord (CRECN) a présenté son mémoire à la commission d’enquête.

En se basant sur une analyse de l’ensemble du cycle de vie de la filière uranifère, le CRECN recommande au gouvernement d’instaurer un moratoire permanent sur l’exploitation uranifère au Québec. Cette recommandation repose principalement sur l’analyse de 5 des 16 principes du développement durable qui, selon notre organisation, sont parmi les plus déterminants en ce qui concerne l’exploration et l’exploitation de l’uranium (santé et qualité de vie, équité et solidarité sociale, efficacité économique, précaution, production et consommation responsable).

L’analyse révèle que l’ensemble du cycle d’exploitation de l’uranium, de la phase exploratoire jusqu’à la gestion à perpétuité des résidus radioactifs, contrevient au respect de ces cinq principes de durabilité. La gestion à long terme des résidus miniers et de déchets radioactifs est par ailleurs un aspect de la filière qui semble représenter un défi insurmontable.

Selon Sébastien Caron, directeur général du CRECN, « seules la ou les quelques premières générations pourront bénéficier des retombées économiques de l’activité et de l’utilisation des redevances d’extraction. Par la suite, de nombreuses générations devront subir les risques et les coûts de la filière uranifère, essentiellement pour la gestion des résidus, et ce sans bénéfices. Cette situation s’avère évidemment inéquitable ».

Parce que l’on peut s’en passer
Le Québec a la chance de posséder des ressources énergétiques renouvelables importantes qui offrent un rendement sur l’investissement énergétique des dizaines voire des centaines de fois supérieures au nucléaire. Ainsi, le CRECN croit que le Québec a l’opportunité d’assurer son avenir énergétique sans avoir recours à l’énergie nucléaire. Dans ce contexte, il nous apparaît d’autant plus judicieux pour l’intérêt de la population ainsi que pour les générations futures de maintenir un moratoire sur la filière uranifère.

Pour consulter le mémoire du CRECN, consultez l’onglet Publications/Mémoires au www.crecn.org.

À propos du CRECN
Le CRECN est un organisme sans but lucratif d’intérêt public, actif dans la région depuis plus de 20 ans. Issu du milieu et autonome, il a le mandat de promouvoir le développement durable et la protection de l’environnement. Par son action, il favorise la prise en compte des préoccupations environnementales dans les processus de développement régional.


Source :
Laurence Pagé
Chargée de dossiers, CRECN
lpage@crecn.org

Pour information :
Sébastien Caron
Directeur général, CRECN
scaron@crecn.org
(418) 962-6362