Accueil  |  Le CRECN  |  Le territoire  |  Projets  |  Thématiques  |  Publications  |  Devenez membre
Quoi de neuf?

Non à l'exploration et à l'exploitation de l'uranium!

(2008-12-15)

Non à l’exploration et l’exploitation de l’uranium!


Sept-Iles, 15 décembre 2008
– Le Conseil régional de l’environnement de la Côte-Nord ajoute sa voix aux nombreux individus et organismes qui réclament un moratoire sur l’exploration et l’exploitation des ressources uranifères dans la région.

Le cours de l’uranium ayant explosé de 2003 à 2007, l’intérêt pour les sites à faible concentration tels que ceux de la Côte-Nord a été grandissant dans les dernières années. Malgré un net recul depuis le début de 2008, le prix de l’uranium demeure beaucoup plus élevé qu’il ne l’a été dans les trente dernières années. Avec une crise énergétique qui se pointe à l’horizon, il est évident que les coûts des différents produits énergétiques seront à la hausse dans le prochaines décennies. Ça sera notamment le cas de l’uranium puisque l’énergie nucléaire est promue par l’industrie comme un moyen de lutte au réchauffement climatique. L’apparition de projets de mine d’uranium sur la Côte-Nord n’est en fait que le résultat de cette situation.

Pour Sébastien Caron, directeur du Conseil régional de l’environnement, cette nouvelle rentabilité des sites uranifère à faible teneur est inquiétante. « Il existe plusieurs raisons pour lesquelles nous sommes inquiets: La volatilité du produit à faible teneur, la quantité de stériles rejetés, l’étendue des mines à ciel ouvert nécessaire à l’exploitation de quantités réduites de minerai, les obligations de gestion attribuées aux états producteurs, et, plus important, les risques encourus par les écosystèmes et la population en périphérie des projets».

Pour l’organisme, il n’existe aucune raison pour justifier l’exploitation des sites à faible teneur actuellement. Le Québec à fait le choix judicieux de ne pas recourir de manière importante à la production d’énergie nucléaire, et la volonté d’Hydro-Québec de procéder à la réhabilitation de la centrale Gentilly II rencontre actuellement une farouche opposition de la part du milieu environnemental québécois. Pour Sébastien Caron: «La province regorge de sources d’énergie renouvelable et devrait consacrer ses efforts afin de diminuer sa dépendance aux produits pétroliers plutôt que miser sur le développement d’une autre source non renouvelable dont on n’a toujours pas résolu les principaux problèmes, particulièrement celui de la gestion des résidus irradiés».

- 30 -



Sébastien Caron
Directeur du CRE Côte-Nord
Tél.: 418-962-6362