Accueil  |  Le CRECN  |  Le territoire  |  Projets  |  Thématiques  |  Publications  |  Devenez membre
Quoi de neuf?

Dossier Mine Arnaud : le rapport du BAPE bien reçu

(2014-02-21)

Sept-Îles, le 21 février 2014 - Le Conseil régional de l’environnement de la Côte-Nord (CRECN) a accueilli avec grand intérêt le rapport d’enquête et d’audience publique sur le Projet d’ouverture et d’exploitation d’une mine d’apatite à Sept-Îles rendu public le 19 février dernier. Le CRECN, ayant déposé et présenté un mémoire lors des audiences publiques de septembre dernier, est satisfait de constater que plusieurs préoccupations émises dans son mémoire ont été retenues par le BAPE. Tout comme la commission d’enquête, le CRECN est également d’avis que le projet de Mine Arnaud est inacceptable dans sa forme actuelle. L’organisme note avec satisfaction que plusieurs lacunes maintes fois soulignées lors des audiences publiques ont bien été démontrées par la commission.

Le CRECN reste toutefois perplexe quant à la portée du rapport sur les impacts socio-économiques du projet, la commission mettant presque exclusivement l’accent sur les potentielles retombées positives de celui-ci en termes de création d’emploi. En effet, malgré que plusieurs intervenants aient traité des effets économiques négatifs du développement de type « boomtown » (en termes d’équité sociale, d’accès au logement, d’augmentation du coût de la vie, de drainage du bassin de main-d’œuvre, de pression sur les services, de décrochage scolaire, etc.), il semble que la commission ait omis d’intégrer ces éléments à sa réflexion.

De plus, le CRECN tient à réaffirmer son désaccord avec l’avis de la commission selon lequel « la construction et l’exploitation de la mine d’apatite à Sept-Îles contribueraient à la diversification économique de la région » (p. 110). Rappelons que l’apatite est un produit qui, comme le fer, est susceptible aux aléas du marché mondial et que les tendances récentes ont démontré des cours parallèles de ces produits. Par ailleurs, et tel que souligné dans notre mémoire, si nous considérons la définition de diversification économique de l’Agence canadienne de développement économique du Nord, un projet minier, bien qu’exploitant une ressource différente des autres industries minières en place, ne peut être considéré comme de la diversification économique. Il est évident pour nous que ce projet, en drainant les bassins de main-d’œuvre déjà sous pressions, ne pourrait que contribuer à une plus grande concentration de l’emploi ainsi qu’à une baisse d’accès aux services. C’est tout l’inverse d’une réelle diversification économique.

Le CRECN tient tout de même à souligner la qualité générale du travail effectué par la commission d’enquête tout au long du processus. L’organisme souhaite maintenant que le Conseil des ministres prenne une décision éclairée en fonction des recommandations émises par le BAPE.

Pour Sébastien Caron, directeur du CRECN, « Il faut une décision rapide du gouvernement dans ce dossier. Il est évident pour nous que plus on tarde, plus on met le climat social de la communauté en péril. Il est temps de passer à autre chose et de rétablir les ponts entre les différents acteurs du milieu. »


À propos du CRECN
Le CRECN est un organisme sans but lucratif d’intérêt public, actif dans la région depuis plus de 20 ans. Issu du milieu et autonome, il a le mandat de promouvoir le développement durable et la protection de l’environnement. Par son action, il favorise la prise en compte des préoccupations environnementales dans les processus de développement régional.


Source :
Laurence Pagé, chargée de dossiers
Conseil régional de l’environnement de la Côte-Nord
lpage@crecn.org

Pour information :
Sébastien Caron, directeur général
Conseil régional de l’environnement de la Côte-Nord
scaron@crecn.org
418-962-6362